Articles parus dans la presse


Article ci-dessus - Ouest-France du 25 mars 2017

Ils disent non à la chasse à courre à Avaugour
L'Association de recherche et de protection de l'environnement reproche au Département l'autorisation de la chasse à courre dans la forêt. Malgré les accords initiaux. (Article et photo Ouest-France du 21/12/2016)
Les membres de l'Arpe, Pierre Quistinic, Ange Nabucet et Alain Sébille dénoncent la convention qui permet la chasse à courre dans la forêt d'Avaugour et au bois Meur, un espace public qui pour eux doit rester à la disposition de tous, toute l'année
Un peu d'histoire : La forêt d'Avaugour doit son nom à la famille d'Avaugour, une des plus anciennes baronnies de Bretagne, du XIIIe siècle au XVIIIe siècle. Le château d'Avaugour se dressait sur un éperon dominant le Trieux dans l'actuelle Saint-Péver. L'Ancien Régime avait droit de chasse tout comme la société qui a acheté le domaine forestier au XXe siècle. Quand le Département l'achète en 2005, un comité de pilotage avec les habitants du territoire se crée.

Une forêt citoyenne : Les membres de l'Association de recherche et de protection de l'environnement des cantons de Plouagat et de Châtelaudren (Arpe), Alain Sébille, Pierre Quistinic et Ange Nabucet soulignent : « Cette acquisition s'est réalisée via une taxe verte, l'objectif étant de faire une forêt citoyenne. » Le Département l'aménage et communique depuis sur les circuits et les aménagements adaptés. « Le public se l'est appropriée, avec un souci de bonne cohabitation. Par sécurité, les règles strictes ont été établies et acceptées par tous. »

De nouvelles règles : « En 2015, de nouveaux droits ont été accordés en matière de chasse à courre et en l'absence d'une concertation avec les groupes de travail ayant collaboré au fonctionnement par le passé. » L'association écrit aux élus, interpelle le président du conseil départemental et demande des explications. Leurs différents courriers ne suscitent aucune réponse. Au conseil communautaire du Leff communauté, Plélo ne se prononce pas et répond, pour l'acquisition du bois, « qu'il se trouvait trop loin de Plélo. » Pour le président, René Guillou : « Tout le monde a le droit de vivre, mais on pourrait interdire le dimanche comme jour de chasse ». Seuls les élus de Plouagat votent « pour bannir la chasse à courre dans ces deux massifs et pour le retour au fonctionnement précédent tel qu'il a été défini par les groupes de travail ».

Retour à l'ancien régime : Car le Département « se réserve le droit d'autoriser la vénerie sur chevreuil, dans la limite d'un droit d'attaque et de deux droits de suite par saison. Le calendrier et les modalités de mise en oeuvre de ces trois journées feront l'objet d'une convention particulière avec l'équipage de vénerie bénéficiaire de cette autorisation ». Et il récidive le 17 octobre 2016, en reconduisant la convention de chasse à courre. Cinq conseillers ont voté contre (Guingamp et Bourbriac), certains se sont abstenus. Pour l'Arpe « il s'agit bien d'une décision politique de réhabilitation de la chasse à courre et d'une rupture des accords initiaux tissés avec les associations et les parties prenantes pour la satisfaction de quelques-uns. Un retour à l'ancien régime. Nous ne sommes pas contre la chasse à courre, mais pas dans la forêt d'Avaugour. »

Article ci-dessous - l'Echo de l'Armor et de l'Argoat du 19/10/2016

Article ci-dessous - Ouest-France du 17 octobre 2016

Georges Mahé, célèbre accordéoniste, a fait danser de nombreuses générations à travers les bals qu'il animait avec son orchestre. Après 68 ans de musique, il s'est éteint la semaine dernière, ses obsèques ont été célébrées le samedi 8 octobre, à Saint-Péver.

Georges était né le 12 décembre 1930, à Saint-Fiacre. Après ses études dans la petite école communale, il s'était marié en 1955, à Plouvara, avec Claire Le Cardinal. Le couple a tenu une exploitation agricole dans le village du Guern. De leur union sont nés deux filles, Nelly, en 1956, et Martine, en 1958. Georges avait également trois petits-enfants et deux arrière-petits-enfants.

La passion qui coulait dans ses veines, c'était l'accordéon qu'il avait commencé à l'âge de 14 ans. Son premier bal, il l'avait animé le 8 mai 1945, pour la Libération. Il avait alors 15 ans. Il a poursuivi son apprentissage de la musique, et animé de nombreux bals dans toute la région. Son talent était connu sur toute la Bretagne. Il animait aussi les bals de mariage, et certains des couples l'ont sollicité, 50 ou 60 ans plus tard, pour venir animer leurs noces d'or ou de diamant. Il était en retraite depuis 1988, à Saint-Péver, dans le bourg. Il était le doyen de la commune. (Ouest-France du 15/10/2016)

Article ci-dessous - Ouest-France du 12 mai 2016

Bande annonce du film "La mort est dans le pré" (cliquer sur l'image)

Interview de l'auteur

De nombreuses photos du site internet de Saint-Péver ont été prises par Monique. Sa collaboration a duré de nombreuses années. Elle a donc sa part dans l'élaboration de ce site. Nous lui rendons hommage en publiant l'article de la Rédaction du Télégramme.



La Rédaction - Le Télégramme du 15 février 2016



Article Ouest-France du 16 février 2016

Une fois n'est pas coutume, mais je propose à votre lecture cet éditorial paru dans Ouest-France du samedi 6 février
"Une nouvelle architecture mondiale, une europe unie ou bien alors la division et la guerre de tous contre tous."

Article l'écho du 3 février 2016
Gaël ARCUSET

Saint-Fiacre
Article Ouest-France du 02/02/2016

Article Ouest-France du 19/01/2016





Article et photos Marina Chélin
Le Télegramme
Jeudi 1er octobre 2015

 

La chasse à courre revient en forêt d'Avaugour
Source : Ouest-France (Anne Kiesel)

La vice présidente du conseil départemental, Véronique Méheust,
va à nouveau autoriser cette chasse qui se pratique avec chiens et chevaux

Brigitte Bardot indignée : Par le biais de sa fondation, Brigitte Bardot réagit avec violence à la décision de Véronique Méheust, d'autoriser à nouveau la chasse à courre en forêt d'Avaugour (Ouest-France du 16 octobre). L'actrice n'y va pas avec le dos de la cuiller : "Honte à vous qui avez l'indécence cruelle de rétablir, à Bois-Meur Avaugour, la chasse à courre pour y assouvir vos pulsions morbides, c'est un scandaleux retour vers la barbarie !" Brigitte Bardot ironise : "Vous êtes donc "en charge de l'environnement" pour le département des Côtes d'Armor, ce serait presque risible si cela n'était pas à ce point pathétique." "La chasse à courre est indéfendable, elle ne "régule" rien du tout, ne fait que perturber les espèces et endommager les cultures. Vous prenez en otage les citoyens, vous vous appropriez un espace public pour assouvir vos plaisirs pervers, c'est dégueulasse!"...
(Ouest-France du 24 oct. 2015)

Saint-Péver : La chasse à courre dans le viseur de Brigitte Bardot

L'information a été rendue publique le 15 octobre dernier : la vice-présidente en charge de l'environnement du conseil départemental des Côtes-d'Armor, Véronique Méheust, s'apprête à réhabiliter la chasse à courre à Bois-Meur Avaugour, à Saint-Péver (22). Cette pratique y était interdite depuis 2005, date de son acquisition par le département.

« Scandaleux retour à la barbarie » Une annonce qui a immédiatement fait réagir Brigitte Bardot, qui mène un combat de longue date contre cette pratique « cruelle et indéfendable » : elle a personnellement adressé un courrier à Véronique Méheust, vendredi, dans lequel elle lui reproche de « prendre en otage les citoyens () pour assouvir (ses) plaisirs pervers ». L'élue a en effet ouvertement affiché sa passion pour la chasse à courre, qu'elle pratique depuis 37 ans. Fustigeant un « scandaleux retour à la barbarie », la star de cinéma s'est également indignée de voir une élue en charge de l'environnement plébisciter une pratique qui « ne "régule" rien du tout, ne fait que perturber les espèces et endommager les cultures ».
(Le Télégramme du 24 oct. 2015) - Plus d'information