Article paru en 1979 dans l'Echo de l'Armor et de l'Argoat
sous la plume de A. LE NEDELEC

Saint-Péver, une petite commune sans problèmes

Merveilleusement sise, à mi-hauteur d'un coteau, entre le bois d'Avaugour au nord et le Trieux au sud, la petite commune de Saint-Péver ressemble à l'un de ces villages de montagne. Faisant partie du canton de Plouagat - chef-lieu à 13 kilomètres - elle se tourne plus facilement vers Guingamp ou bien encore vers Bourbriac. Une localité sans gros problèmes, nous a dit M. Emile Le Creurer qui en est le maire depuis 1947, titulaire de la médaille du mérite agricole, des médailles d'or et de vermeil départementales, et probablement l'un des maires les plus anciens du département puisqu'il a aujourd'hui 79 ans

De Saint-Péver, M. le maire ?

En ce qui me concerne je dois dire que je suis né au Mans, en 1899. Ma famille cependant est de la région, mon père étant de Saint-Péver et ma mère de Trémargat.

En quelque 32 ans de mandat beaucoup de changement ?

Que oui ! Voici plus de 40 ans, je commençais à m'intéresser aux affaires de la commune. A cette époque, bien entendu, elle avait la même superficie, 1313 hectares, la même étendue de bois, à quelque chose près. En revanche les petites exploitations étaient plus nombreuses. Ce qui a le plus changé, c'est le mode de vie des gens. Aujourd'hui, nous avons tous l'électricité, disposons de l'eau potable et de bien d'autres éléments de confort.

La population

Elle était de 329 habitants au recensement de 1975. A la fin du siècle dernier elle dépassait largement les 600 habitants. Actuellement, et dans le milieu rural notamment, je crois que la situation se présente favorablement. L'exode a, semble-t-il cessé. Les jeunes sont de plus en plus intéressés par la terre. Ils ont l'intention d'assurer la relève. A Saint-Péver seul, il y a au moins une dizaine d'exemples.

Vous êtes adhérent du syndicat d'Avaugour

En effet, nous faisons partie du Syndicat Intercommunal d'Avaugour (SIVOM Châtelaudren-Plouagat). Ce syndicat nous a permis d'alimenter, ces dernières années, la commune en eau potable. D'ailleurs, nos foyers ont été les premiers desservis. Il reste toutefois 2 villages et quelques maisons isolées non pourvus. La dernière tranche sera réalisée cette année en 79. C'est du moins ce qui a été prévu.

Et le téléphone

Une opération groupée, voici trois mois, a été également effectuée favorisant l'installation d'une vingtaine de téléphones sur notre territoire. Plusieurs demandes doivent cependant être satisfaites.

Aucun souci par ailleurs ?

Je vous le disais tout à l'heure, à Saint-Péver la vie de tous les jours est calme. La municipalité n'a pas à faire face à de grosses difficultés. Au contraire, nous nous réjouissons d'avoir une école qui n'est pas menacée de fermeture définitive pour le moment - 34 élèves fréquentent l'école. Ce qui nous donne tout lieu de croire que les jeunes ménages peuvent encore s'implanter chez nous.

C'est dans cet objectif que la commune a lancé un projet de lotissement situé en bordure de la route de Pont-Locminé, dominant la vallée du Trieux. Ce lotissement comprendra 8 lots libres à la vente dans le courant de cette année.

Saint-Péver sur un plateau granitique

Nous avons néanmoins demandé le remembrement depuis de nombreuses années puisque nous sommes inscrits depuis 14 ans. le projet est enfin arrêté. Du reste, les travaux connexes commenceront cet été, les parcelles étant déjà bornées.

Vous en profiterez pour améliorer la voierie ?

Dans la mesure du possible. Nos routes, on peut le dire, sont, dans l'ensemble, dans un état acceptable. Plusieurs d'entre elles seront remises en état quand justement ces travaux connexes seront entrepris. Je pense surtout aux chemins ruraux, aux chemins d'exploitations

Saint-Péver, une petite commune active ?

Sincèrement je le crois, compte tenu de notre population tout de même peu élevée. Le comité des fêtes depuis plusieurs années apporte l'animation en organisant des fêtes susceptibles d'intéresser tout le monde. Un club du troisième âge fonctionne très bien. Les personnes âgées, adhérentes, se réunissent au moins une fois par mois, ce qui leur permet de se rencontrer, de passer un temps agréable ensemble. Une ambiance des plus cordiales règne d'ailleurs au sein de ce club.

Beaucoup d'anciens ?

Hélas oui ! Mais c'est une situation qui n'est pas propre à notre commune. Ce serait une grande satisfaction que de voir le lotissement se remplir de jeunes ménages. Honnêtement je pense qu'ils peuvent s'y implanter. Plusieurs raisons à cela. La situation géographique, comme je le disais plus haut, incitera les jeunes à construire : 11 kilomètres de Guingamp, 7 kilomètres de Bourbriac, donc relativement près de leur lieu de travail ; la beauté et la richesse du tourisme, la présence du Trieux et de la vallée, les bois. Et puis nous côtoyons la commune de Ploumagoar.

De belles choses à voir chez vous ?

Le bois d'Avaugour, donc, mais encore la chapelle d'Avaugour datant de la fin du XVème siècle, classée en 1957. Sa façade porte les armes de Pierre de Rohan  et Jeanne du Périer, sa femme, mariés en 1486. La chapelle sud semble encore plus ancienne (1460 environ). La chapelle Notre dame de Restudo comprend, elle, une partie datant de la fin du XIVème et une autre du XVIème. Elle a été classée en 1954. Autrement il y a de nombreuses maisons anciennes, le tumulus de Kerhuen (âge de bronze), l'enceinte fortifiée du bois d'Avaugour etc.

Et demain ?

On a beaucoup construit ces dernières années et on demande encore à construire. Il y a de la demande. Toutes les maisons anciennes ont été vendues. la population fait plus que se maintenir. Des raisons qui nous permettent de croire que demain la situation ne sera pas si mauvaise.

 

Recueilli par A. Le Nédélec